Sélectionner une page

Une microaventure en Chine

En 2009, quand j’ai appris que je devais partir à Shanghai pour une mission de plusieurs mois, je n’étais pas forcément très emballé. Cette destination était plutôt en bas de ma liste de voyage mais j’ai ravalé ma fierté et je suis parti faire mes preuves. Ce séjour fût une des grandes expériences de ma vingtaine, si ce n’est pas de ma vie. Alors que je vivais dans cette grande mégalopole, pour ma santé mentale, je me devais de partir régulièrement à l’aventure. Voici donc le récit d’une microaventure inoubliable.

Shanghaï, l’aventure vous attend

Shanghaï est la ville de la démesure. A l’époque, elle comptait plus de 22 millions d’habitants et plus de 4000 immeubles de 30 étages. La ville grouille de monde à toutes les heures du jour et de la nuit. Le bruit est omniprésent. La pollution est tel un brouillard à couper au couteau. Un ciel bleu parsemé de nuages est un doux rêve. Il était essentiel de partir à l’aventure régulièrement pour recharger mes batteries. Après un peu de préparation, je décide d’emmener des amis de passage dans un lieu que j’avais pu découvrir quelques mois plus tôt. J’étais sûr que ce coin allait plaire à tout le monde.

Une microaventure pas comme les autres

Nous sommes partis à six français en direction de Qiyun Shan, des montagnes sacrées dans la province de Anhui, non loin des plus célèbres Huang Shan, les célèbres montagnes jaunes.

Dans le groupe se trouvait ma future femme, une amie avec qui je travaillais, deux copains qui allaient débuter leur année sabbatique en Australie et un autre en visite fournisseur pour son travail. Une belle équipe réunie un peu par hasard à l’autre bout de la planète!

L’aventure a commencé un vendredi soir après la semaine de travail. Nous nous sommes tous donnés rendez-vous à la gare centrale de Shanghaï pour un voyage de 10h en train de nuit à travers la campagne chinoise. Alors que nous sommes tous dans le train sauf un, nous pensions que cela allait mal se finir pour lui. Alors que le train s’apprête à partir, il a fait un magnifique sprint final avec un sac à dos bien chargé pour franchir le pas de la porte sur le coup de sifflet. Nous sommes au complet, l’aventure peut vraiment commencer!

Après une bonne nuit sur des couchettes, nous arrivons au petit matin dans une petite ville de campagne, comptant seulement 2 millions d’habitants! Nous prenons 3 touc-toucs en direction du marché local pour faire nos emplettes pour notre bivouac.

Qiyun Shan, une montagne hors du temps

Par hygiène, les animaux destinés à la consommation sont stockés vivants jusqu’à l’achat. La chaîne du froid serait bien trop difficile à maintenir. Les cages de canards et de poules se succèdent et nous nous mettons d’accord sur un canard. Son compte est réglé sur le champ, plumé, vidé, emballé et hop, dans un sac à dos. Nous choisissons également une poule qui a eu le privilège de rester vivante pour randonner à nos côtés jusqu’à une fin certaine. 

Les courses ainsi faites, et après un petit trajet en taxi, nous voici au pied de la montagne sacrée nommée Qiyun Shan. Sur le flanc des falaises et uniquement accessible à pied, se trouve un village entouré de temples. Gravir les marches nous séparant du village revient à remonter le temps.

Après quelques heures de marche, nous faisons une pause thé bien méritée au village. Notre poule, désormais appelée Poulette se porte bien. Les locaux se demandent bien ce que font une bande d’occidentaux avec une poule vivante dont la tête dépasse d’un sac à dos. Nous nous baladons dans les ruelles, découvrons les temples, observons les rizières en contre-bas dans la plaine. Le temps est au rendez-vous et le décors est magnifique.

Un repas d’aventurier

En fin d’après midi, nous arrivons enfin au sommet du massif où se trouve des statues sans âge menant la garde sur la terrasse sommitale. Nous établissons le camp dans un petit temple qui nous servira d’abris pour la nuit. Le feu est préparé avec soin. Le sort de la poule est sellé. Le canard et le poulet sont embrochés afin d’être rôtis sur le feu. L’ambiance est très chaleureuse. Imaginez une bande de copains se retrouvant tous ensemble le même week-end au bout du monde par un concours de circonstance et partageant cette même passion de l’aventure. Nous profitons de ce moment jusqu’à ce que le feu s’éteigne et partons nous assoupir heureux.

La microaventure te change les idées

Le lendemain, le retour à la réalité se fait de façon progressive. D’abord, il y a la longue descente vers la plaine. Nous prenons notre temps et explorant quelques sentiers périphériques. Il semble qu’il y ait encore de quoi satisfaire d’autres aventures. Nous mangeons dans une vielle maison abandonnée qui semble toujours avoir été là, traversons une vielle passerelle couverte puis atteignons la plaine. Nous, voilà, de retour à la civilisation. Un petit tour en bus et nous sommes à la gare pour attraper le train de nuit pour Shanghaï. Après une longue nuit en couchette, le soleil se lève sur Shanghaï. On s’embrasse fort. Nous sommes heureux d’avoir partager cette microaventure. Ce fût un moment court mais intense. J’ai le privilège de pourvoir prendre une douche avant de filer au travail. J’ai la sensation d’avoir fait un rêve, comme si cette microaventure n’était pas vraiment arrivé. Sur le trajet, je me remémore le week-end et je souris. Je suis prêt à attaquer la semaine de travail.

 

Et vous, alors, ça vous arrive de finir vos aventures le lundi matin, d’être épuisé mais d’avoir trop la patate!?